Gong records

Siavash Yazdanifar

Cârèvâân

Première expérience solo de  Siavash Yazdanifar.  Cârèvâân  nous plonge au coeur des longues caravanes qui traversaient les déserts du Moyen-Orient à l’époque des Caravansérails. Textes anciens et poèmes mystiques persans ouvrent la voie à de longues atmosphères lyriques et hypnotiques.  Cârèvâân nous propose un voyage exceptionnel, aux rythmes des sonorités, chants et prières qui ont traversé l’Histoire de l’Orient et de l’Iran. Cet album est un projet hybride à plusieurs égards, qui balance constamment entre tradition et modernité : expérimentations acoustiques, bruitages, envolées rythmiques et vocales,.. Deux années, c’est le temps qu’il aura fallu pour donner au son de cet album son caractère unique !


BIO

     Siavash Yazdanifar est né à Téhéran le 15 mai 1962 dans une famille originaire de Qhomshéh  (Shahreza), une ville historique du centre de l’Iran. Il grandit principalement à Ispahan et découvre la musique vers l’âge de cinq ans. Vers huit ans, à Téhéran, il obtient son premier instrument : un Dariyeh. Quelques temps après, un Tempo (derbouka) et vers treize ans, un Tombak. Entre dix-sept et vingt ans, il s’intéresse à d’autres instruments (violon, flûte de roseau,…) et suit quelques cours à l’Académie des Beaux-Arts d’Ispahan.

Mais l’Iran est alors en pleine révolution. Après ses humanités, Siavash commence son service militaire durant la guerre entre l’Iran et l’Irak.  Dans les casernes, il rencontre des hommes de différentes cultures, des kurdes, baloutches, turkmènes,… Par l’échange de cassettes musicales introuvables hors de leur région, il approfondit sa connaissance de leurs musiques. A vingt-trois ans, en 1985, il quitte l’Iran pour la Turquie où il réside à Istanbul quelques mois. Il découvre entre autre la musique de  « Achiks ». La Turquie vit un putsch militaire et Siavash part en Belgique.

A la fin des années 80, il suit les cours de solfège et la formation classique des percussions d’orchestre sous la direction de monsieur Yvon Coura à l’académie Gretry. Dans les années 90, il met sur pieds le premier groupe en Europe, composé uniquement de percussions iraniennes (le groupe « Ispahan » qui deviendra par la suite « Zarbang »). Entre 2000 et 2003, il est invité à donner des cours de percussions orientales au Conservatoire de Roterdam, aux Pays-Bas. A cette époque, lors de ses retours en Iran, il collabore à plusieurs reprises avec le groupe Massihâ fondé par Peyman Khossravi, compositeur et musicien de tradition classique persane.

Siavash a fortement ressenti l’influence de deux formidables musiciens, l’un occidental, monsieur Yvon Coura, l’autre oriental, monsieur Morteza Ayan.


REVIEWS

Pierre Morel, LE SOIR, 30/11/2010 Consulter l'article sur le site du SOIR

LINKS

BANDCAMP